JVH Actu – Les jeux de fin d’année 2018

JVH Actu – Les jeux de fin d’année 2018

4 août 2018 0 Par Romain Vincent

La fin d’année 2018 s’annonce riche en titres se déroulant dans un contexte historique réel. On les passe rapidement en revue ensemble.

Battlefield 1 – DLC Apocalypse (DICE, août 2018)

Apocalypse est le dernier des DLC de Battlefield 1. Rappelons que le jeu de Dice sorti en 2017 prend place pendant la première guerre mondiale, et ce trailer n’échappe pas à la vision fantasmée du conflit que l’oeuvre de base diffusait déjà allégrement.

Valorisation du combat au corps à corps

Le spectacle avant l’histoire

Une tranchée sous le feu de l’artillerie. Enfin.

The Occupation (White Paper Games, octobre 2018)

Je n’ai pas souvenir d’un jeu offrant un contexte historique et un gameplay aussi original que The Occupation.

L’action se déroule en 1987 en Angleterre: le royaume vient de subir un attentat et le gouvernement met en place une loi restreignant les libertés individuelles.

 

Pour le moment, le contexte historique ne se rattache à aucun évènement précis. Tout juste peut-on rappeler que le Royaume-Uni a subi plusieurs attentats de l’IRA (Armée provisoire d’Irlande) dans les années 1980. Le jeu se présente comme un jeu d’enquête en temps réel où vous devrez, dans un temps limité, interroger de nombreuses personnes et fouiller plusieurs lieux pour découvrir la vérité sur cette explosion. Votre temps est limité et chacune de vos décisions engendrera une issue différente. Difficile d’en dire plus pour le moment mais il y a fort à parier que The Occupation, en traitant une problématique très actuelle, sera particulièrement intéressant à étudier.

Phantom Doctrine (CreativeForge Games, août 2018)

 

Phantom Doctrine reprend le gameplay d’un X-Com, un jeu de stratégie en temps réel. Ainsi, quoi de mieux que la Guerre Froide, période de l’espionnage par excellence, comme toîle de fond pour ce jeu vidéo?

Le monde entier semble être votre terrain de jeu. Les deux blocs (USA, URSS) et le théatre d’affrontement, l’Europe.

 

Le scénario reste encore un peu opaque mais certains screens du trailer font tiquer le joueur français…

A quel point Phantom Doctrine va jouer avec l’histoire? La Guerre Froide va-t-elle rester en toile de fond ou va-t-on rejouer certains actes de ce conflit?

Je me permets de vous rappeler que j’avais déjà traité cette période, à travers une chronique sur Metal Gear Solid 3.

 

We. The Revolution (Polyslash, date de disponibilité inconnue)

Les polonais de Polyslash s’attaquent à la Révolution Française en choisissant un gameplay original, se rapprochant d’un Paper’s Please, voire d’un LA Noire : vous jouez en effet un membre du tribunal révolutionnaire en 1794. Vous devez mener des interrogatoires et accumuler les preuves afin d’envoyer, ou non, l’accusé sur l’échaffaud. Si le rôle joué est peu commun, il est peu dire que We. The Revolution surfe sur l’imagerie noire de la période, qu’Assassin’s Creed Unity avait largement permis de diffuser.

Un screen qui parle de lui même.

Reste que le jeu propose d’échanger avec une large diversité de factions politiques présentes dans la capitale. A voir si cela permettra d’éviter le manichéisme d’Unity.

A Plague Tale : Innocence (Asobo Studio, fin 2018)

Si We. The Revolution noircit la révolution française, que dire d’ A Plague Tale: Innocence avec le Moyen Âge?
Plongé en pleine épidémie de peste noire, vous contrôlez deux enfants devant éviter des hordes de rats, LE symbole animalier de cette maladie, le tout, soupoudré par la présence de l’Inquisition et d’hordes de mercenaires belliqueux.
Peste, guerre, justice arbitraire, le cocktail du Dark Middle Ages est parfaitement réuni.

Si vous me suivez depuis quelques temps, vous savez bien que je ne valorise pas particulièrement les jeux vidéo qui cherchent « le réalisme historique » parce que je pense tout simplement que c’est une impasse que ça soit d’un point de vue scientifique (Qui peut ici dire ce qu’est le réalisme du Moyen Âge? Et c’est quoi le Moyen Âge d’ailleurs?) et, surtout, d’un point de vue ludique.
Ainsi, j’ai très envie d’acquérir A Plague Tale Innocence, simplement pour étudier quelle vision du Moyen Âge vont véhiculer les français d’Asobo Studio.
De plus, et c’est bien là l’important, l’aspect ludique est bien loin d’être délaissé: le jeu semble se composer d’une succession d’énigmes où vous allez devoir gérer la horde de rats vous poursuivant, tout en progressant dans un univers en plein chaos.
A Plague Tale: Innocence nous rappelle ici, avec brio, que le Moyen Âge reste une période éminent propice au ludique.

11-11: Memories Retold (Aardman Studios, Novembre 2018)

 

Sans contestation possible, s’il y a un jeu historique que j’attends particulièrement, c’est évidemment 11-11: Memories Retold qui cloturera en beauté la commémoration vidéoludique du premier conflit mondial entamée par Soldats Inconnus: Mémoire de la grande guerre en 2014.
Citer le jeu d’Ubisoft n’a rien d’étonnant: Yoann Fanise, déjà responsable sur Soldats Inconnus, a ainsi décidé de faire un nouveau jeu sur cette période.
Plutôt que de lui appliquer une grille d’analyse historique universitaire, 11-11: Memories Retold devra être comparé à son glorieux ainé, notamment sur son aspect pédagogique. Soldats Inconnus était en effet rempli d’écueils, et j’en avais donné une critique assez acerbe dans une précédente chronique. A l’inverse, 11-11 ne semble afficher aucune volonté pédagogique frontale.

Et le divertissement vidéoludique le remercie sincèrement.